Voilà, il est venu pour moi le moment de parler de ce passage crucial dans la relation de l’homme et de son animal. Ce moment, c’est la fin de vie.

La prise de décision la plus difficile

euthanasie animalJ’ai souvent l’impression que le moment le plus difficile pour un propriétaire, c’est la prise de décision. Il se demande toujours s’il n’est pas trop tôt ou plus rarement trop tard pour décider d’arrêter la vie de son animal.

Le mieux est une fois de plus de faire confiance à son vétérinaire référent. Il connait les limites de sa science et sait apprécier mieux que quiconque la souffrance de l’animal. Votre vétérinaire saura trouver les mots qu’il faut pour faire comprendre au propriétaire qu’il ne peut plus rien faire et que continuer serait prolonger inutilement et douloureusement la vie de l’animal.

J’ai régulièrement des propriétaires qui gardent un peu d’espoir en venant me voir et je dois malheureusement leur annoncer la mauvaise nouvelle.

Après le premier coup de massue je les vois souvent perdus et incrédules. Il faut des trésors de psychologie pour leur faire accepter la nouvelle.

J’essaye au maximum de les dé-culpabiliser car c’est un sentiment que je vois souvent chez eux.

Une question revient souvent: « est ce que mon animal souffre? »

Est-ce que mon animal souffre?

euthanasie animal de compagnieOn entend souvent quand on est vétérinaire: « oh vous avez un métier compliqué, les animaux ne sont pas comme les humains, ils ne vous disent pas s’ils souffrent ou pas ».

Et bien sachez que ce n’est pas si difficile que ça à objectiver. Il faut savoir faire la différence entre la douleur et la souffrance.

La douleur est quelque chose de physique, on a mal. Alors qu’il est tout à fait possible de souffrir sans avoir mal.

Imaginez à titre d’exemple une personne dépressive. Elle est en souffrance mais elle n’a pas forcément de douleur physique.

Alors il est assez facile de dire par exemple qu’un chat de 18 ans hypotherme, qui ne se nourrit plus depuis 7 jours et dont l’urémie crève les plafonds, souffre. Par contre je suis rarement à même de dire s’il a mal ou pas.

Le protocole

L’euthanasie doit se faire dans le calme et le respect de l’animal ainsi que du propriétaire. Il est d’usage d‘anesthésier préalablement l’animal avant de procéder à l’euthanasie proprement dite. Personnellement, je propose toujours au propriétaire d’assister à l’anesthésie. Il a le temps de voir son animal s’endormir, juste s’endormir.

J’essaye ensuite de l’inciter à ne pas rester quand j’euthanasie son animal. Tout simplement pour qu’il garde une « bonne image » de ce dernier.

La mort est quelque chose de visible et franchement je crois que partir sur l’image de son animal endormi est moins traumatisante que si l’on reste jusqu’au bout.

L’oeil « s’éteint », les sphincters se relachent et les matières fécales et les urines peuvent se répandre. Bref, ça n’est vraiment pas un moment très agréable.

Que devient le corps?

euthanasie animal deuilIl existe en France plusieurs sociétés d’incinération. L’animal sera soit incinéré avec d’autres animaux, soit individuellement. Le propriétaire ayant alors le choix de récupérer les cendres dans une urne qu’il aura choisi.

Il existe aussi des cimetières pour animaux.

On peut enterrer son animal chez soi sous certaines conditions. L’animal ne doit pas dépasser un certain poids.

Le deuil

Faire le deuil de son compagnon peut parfois être très long mais il est nécessaire avant de songer à reprendre un nouvel animal.

J’ai vu de nombreuses fois des propriétaires reprendre un chien ou un chat le jour même parfois de l’euthanasie du précédent! Et ensuite je les entends dire « il n’est pas comme l’autre malheureusement, l’autre était mieux ».

Ca parait incroyable, mais il font un véritable transfert de sentiments et sont « déçus » par leur nouveau compagnon.

En fait je pense tout simplement que le nouvel animal est aussi formidable que leur précédent mais ils ne sont pas tout à fait préparés à l’accueillir.

3